Qui d’entre nous ne s’est jamais senti manipulé? Et qui peut dire qu’il n’a jamais manipulé quelqu’un? Nous sommes tous, à notre manière des manipulateurs. Mais, si nous manipulons tous, comment sait-on que la communication se transforme en manipulation? Et si c’est le cas, comment se protéger de la manipulation? Nous vivons tous à un moment ou l’autre des expériences où nous sentons que nous ne pouvons pas être nous-mêmes : nous ressentons une forme de crainte, un doute, un stress, et une méfiance qui s’installe progressivement. Par contre, heureusement, nous connaissons des endroits où nous pouvons être nous-mêmes, authentiques; ces moments où je suis accepté(e) tel(le) que je suis.

Vous avez dit manipulation?

Nous parlerons de manipulation lorsque quelqu’un vous fait agir d’une manière qui ne vous appartient pas : vous vous comportez d’une façon que vous n’avez pas choisie. Cela se fait sans que vous vous en soyez aperçu.

Au travail

Lorsque la manipulation se passe sur le milieu professionnel, le harcèlement moral est à l’horizon.

« Le harcèlement moral au travail est défini comme un ensemble abusif de plusieurs conduites similaires ou différentes, externes ou internes à l’entreprise ou l’institution, qui se produisent pendant un certain temps, qui ont pour objet ou pour effet de porter atteinte à la personnalité, la dignité ou l’intégrité physique ou psychique d’une personne lors de l’exercice de son travail, de mettre en péril son emploi ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant  et qui se manifestent notamment par des paroles, des intimidations, des actes, des gestes ou des écrits unilatéraux. »
Source : http://www.emploi.belgique.be/defaultTab.aspx?id=564

Qui manipule au travail? Personne n’est exclu : collègue, supérieur hiérarchique, employé, ouvrier, parfois le subordonné, toutes professions confondues.

La personne manipulée va progressivement douter d’elle-même, de ses compétences, de son expertise!

Dans la sphère privée

En famille, vouloir influencer ses propres enfants signifie plutôt susciter une modification de leur comportement pour leur bien. Attention lorsque nous voulons influencer les proches dans un objectif égoïste, pour notre propre intérêt. il s’agit parfois de l’expression d’un sentiment : peur de perdre la face, de montrer ses ignorances dans un domaine précis.

Quelquefois, c’est l’enfant qui manipule : on parle de caprice,de chantage affectif,… Ce type de comportement se produit lors de la séparation des parents, d’absences répétitives, d’événement qui bouleverse l’équilibre de l’enfant; et il le fait savoir : les parents, culpabilisant, cèdent aux exigences de leur progéniture. Ces situations risquent de poser problème si elles deviennent plus fréquentes.

La manipulation peut être une manière d’attirer l’attention sur sa personne, par exemple dans le couple : « J’existe ». Mais agir de la sorte envers ceux que nous aimons peut parfois permettre d’éviter un danger, une souffrance potentielle.

Conséquences de la manipulation

Doute, isolement

Progressivement, la relation dominant-dominé s’installe entre le manipulateur et sa victime.La personne ainsi manipulée finit par douter de ce qu’elle fait et dit : elle se demande si elle n’exagère pas ce qui se passe. Ces « incidents » mis bout à bout reflètent pourtant bien le stratagème de la manipulation.

Perte de confiance

La personne victime de manipulation perd progressivement confiance en elle. Ce trouble se rapporte essentiellement à ce qu’elle fait, à ses actes : elle n’arrive plus à agir de manière adéquate dans les situations importantes. Le malaise correspond dans ce cas aux capacités, aux stratégies de la personne manipulée.

Diminution d’estime de soi

La diminution de l’estime de soi de quelqu’un le touche profondément :  il s’agit de son identité, de ce qu’il est, et du regard qu’il porte sur lui-même.

Pertes : repères, temps, énergie, vie

Indéniablement, le manipulateur s’avère énergivore pour sa victime, il (elle) la rend « malade ». Le contact répété avec cette personne engendre chez le manipulé de l’anxiété, du stress,de la culpabilité, de la peur, de la tristesse. Avec pour conséquence des troubles, voire des maladies physiques : troubles du sommeil, digestifs, etc. La motivation, l’humeur peuvent en être affectées également, qui provoquent l’absentéisme au travail.

DSCF4328

Reconnaître la manipulation

Je ne peux que vous conseiller de lire l’ouvrage d’Isabelle Nazare-Aga « Les manipulateurs sont parmi nous », paru aux Editions de l’Homme. L’auteur décrit les caractéristiques des manipulateurs.

  • Il culpabilise les autres : le manipulateur cherche à vous rendre coupable de fautes réelles ou pas. Nous éprouvons un sentiment de culpabilité lorsque nous avons commis une faute, c’est normal.
    La culpabilité amène le manipulé à douter de lui-même : son estime de soi, la valeur qu’il a de lui-même en prend un coup.
    Le manipulateur vous donne l’impression qu’il se « sacrifie » pour vous.
  • La double-contrainte : le manipulateur utilise 2 messages contradictoires à votre encontre ; quand vous obéissez à l’un, vous désobéissez à l’autre. Cette situation est très perturbante.
    Il est le roi des contradictions.
  • Face à la responsabilité : plusieurs attitudes possibles.
    • Démission : c’est le chef qui, en dernière minute, vous demande de prendre un stagiaire en charge, alors que c’est sa responsabilité.
    • Evitement : il évite les situations qui le dérangent. Il ne va pas à sa réunion, arrive en retard, s’endort, procrastine, refuse de parler avec vous sous prétexte « qu’on ne sait pas vous parler »,…
    • Report sur autrui : lorsque les choses ne se passent pas comme il le désire, le manipulateur reporte la responsabilité sur autrui. Ce n’est pas sa faute.
    • Non-décision : le manipulateur n’est pas disponible pour régler un problème, les collègues n’ont pas toutes les informations nécessaires. Un supérieur manipulateur est très stressant pour son équipe. Il n’est pas clair, fuit les gens.
    • Utilisation d’intermédiaires : matériels ou humains. L’intermédiaire est un collègue de travail, un ami. Ce collègue vous demande un service de la part du manipulateur, absent, et il est impossible de refuser.

 

Manipulateur et communication

 

Demandes détournées

La demande n’est pas claire, le manipulateur se débrouille pour que l’on ne puisse pas lui refuser. Il ne demande pas, il impose.

Le flou

Le message émis par le manipulateur n’est pas clair, le champ est ouvert pour l’interprétation,    le   trouble.
Etre clair, c’est dire : QQOQCP d’emblée : Qui? Quoi? Où? Quand? Combien?
Intérêt d’être flou pour le manipulateur : ne pas se sentir coincé, dévaloriser l’autre s’il se trompe, se déresponsabiliser, garder un mystère qui peut en séduire certains.

Prêcher le faux pour savoir le vrai

C’est l’art de « noyer le poisson ». Ex. : « Vous êtes nouveau ici ? C’est vous le nouveau chef ? », le manipulateur mise sur un élément qui va vous faire réagir.

Réponses évasives

2 collègues discutent de leur salaire respectif. Un dit à l’autre le montant qu’il gagne, et le second « Je ne te le dirai pas, on ne parle pas de ça ». S’ensuit un sentiment désagréable pour le premier.

Sortir du sujet

Il s’éloigne du sujet lorsqu’il ne le connaît pas, il ne faut surtout pas que les autres s’en aperçoivent. Ou la personne qui s’exprime est brillante, ou le sujet le gêne. Il arrive que ses arguments ne tiennent pas la route, ou il veut dévaloriser, critiquer son interlocuteur.

Semer la zizanie

Le manipulateur introduit la suspicion.
Pour le contrer, faites confiance aux personnes qui le méritent. Évitez « On m’a dit », vérifiez vos informations directement à la source.

Dévalorisation

Le manipulateur veut vous faire croire à sa supériorité. Il met en doute la qualité, la compétence, et la personnalité de l’autre. Pour ce faire, il critique directement, de manière répétée et injustifiée. Il est un adepte des « toujours, jamais, tout, nul, ON, rien, « , et l’impacte de ses mots est énorme sur sa victime. Il la ridiculise en public, la déprécie devant ses amis. Le harcèlement psychologique est extrêmement violent.
Prenez du recul face à ces critiques, et n’en tenez pas compte.

Non-expérience d’autrui, ignorance

« Cela fait 20 ans que je travaille dans cette unité », « tu verras quand tu auras mon âge », le manipulateur parie sur l’ignorance de l’autre, comme un nouvel engagé par exemple.

Comment l’éviter?

  • Le manipulateur ne change pas. C’est donc à vous de changer d’attitude, de comportement. Il n’est pas certain que la relation en soit améliorée, et cela risque d’être énergivore.
  • Fuir la personne qui manipule peut être salvateur pour sa victime. Si vous ne voulez pas vous battre, fuyez.
    Une autre possibilité est de s’affirmer face au manipulateur, en sortant du statut de victime. Cela s’apprend.
  • Oublier, pardonner ? Est-ce envisageable pour vous ? Dans ce type de situation, on fait ce qu’on peut, avec les armes que l’on possède… ou pas.
  • Remettez en question vos croyances, acquises depuis longtemps. Le manipulateur va s’en servir pour mieux vous dominer. Ces croyances peuvent être un frein à la réaction de la victime de manipulation.

Attitudes à adopter :

  • Faites des phrases courtes.
  • Répondez vite et bien.27
  • Soyez poli,
  • Ne vous justifiez pas, ne versez pas dans l’agressivité, restez ferme.
  • Si possible, amenez de l’humour ou de l’autodérision.
  • Surtout, ne rentrez pas dans le jeu.
  • Refusez de parler si la dévalorisation et/ou le dénigrement sont au rendez-vous.
  • Faites préciser les demandes floues au manipulateur : « Qui ? Quoi ? Où ? Comment ? Quand ? Combien?»

 

Exemples de phrases courtes pour contre manipuler

  • C’est toi qui le dis.
  • C’est votre avis
  • Si tu le dis !
  • C’est une façon de voir les choses.
  • Tout le monde le dit.
  • Change de musique, de disque.
  • Je peux te dire oui si c’est ce que tu veux entendre.
  • C’est possible / C’est possible pour vous.
  • Cela arrive / Cela fait partie de mon charme.
  • Personne n’est parfait.
  • L’avenir vous le dira.
  • J’ai l’impression que tu jettes de l’huile sur le feu.
  • Je suis adulte et libre./ Je suis majeur et vacciné.
  • Ai-je le choix ?
  • Je suis désolé(e) pour toi.
  • C’est gentil de m’y autoriser.
  • Souvent, effectivement.
  • Je n’en doute pas.
  • Que veux-tu dire par là ?
  • J’ai la conscience tranquille.
  • Qui es-tu pour m’interdire… ?
  • C’est ton avis ; c’est ce que tu penses.
  • Tu crois savoir
  • ….

Mais aussi :

Faites-vous confiance, affirmez-vous.

Communiquez de manière claire : « Qui? Quoi? Où? Comment? Quand? Combien? », demandez des éclaircissements,des précisions quant à la demande faite.

Sachez dire non, ou apprenez à dire non. Vous ne devez pas justifier votre refus « Je n’en n’ai plus envie »…

Ne culpabilisez pas :  vous n’êtes pas responsable de la souffrance du manipulateur, ni de celle des autres.

Fuir le manipulateur peut devenir la seule porte de secours : il n’y a parfois pas d’autre issue. Cette personne s’avère toxique pour vous, et cela peut aller jusqu’à une mutation professionnelle, un préavis, et donc un changement d’horizon professionnel ou une séparation du couple.

 

« Le manipulateur est un dealer, il vous livre ses doses, vous rend dépendant, et s’enrichit en vous méprisant »                  J. Eldi

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *